Le yoga de la femme enceinte

Sarah-Pregnancy-2010-Yoga-2

 

Le yoga de la femme enceinte s’adresse à toutes les femmes désireuses de prendre soin de leur être et de leur corps. C’est aussi un temps donné pour soi où la femme se (re)connecte à son corps qui ne cesse d’évoluer. Toutes les futures mamans ne pratiquent pas le yoga à ce moment de leur vie pour les même raisons. Chacune a des attentes différentes. Dans les cours prénataux l’accent est mis sur la respiration qui fonctionne de concert avec le périnée. Un outil clef qui saura trouver sa place le jour de l’accouchement ainsi que pour la rééducation post-natal.

La conscience de la respiration est la chose plus importante, que l’on soit enceinte ou pas d’ailleurs. Le souffle est ce qui nous relie à nous même, à nos racines: le bassin et au moment présent. Son alliance avec le périnée entraîne un bercement régulier, un mouvement de vague, une danse entre les deux planchers, diaphragmatique et pelvien,  qui laissera l’emprunte de premiers échanges entre la maman et le futur né. Respirer consciemment dans son ventre c’est être près de son bébé.

Les postures proposées permettront une meilleure tenue du dos, libérant le diaphragme et amplifiant son mouvement ainsi que celui du périnée qui améliora son élasticité. Elles seront aussi bénéfiques pour soulager les maux du dos, les sciatiques, les reflux gastriques, les problèmes de constipation et autres désagréments auxquels sont souvent confrontés les femmes enceintes. Le yoga est un accompagnement dans cette nouvelle aventure et leur ouvre la porte de la connaissance de soi.

C’est après l’accouchement que le périnée aura besoin de retrouver son élasticité, le bassin et la cage du cœur de se refermer et les organes de reprendre leur place. Traditionnellement, on bande le bassin après l’accouchement pour que les crêtes iliaques et le sacrum se referment. On conseillera à la femme de Giselrester allongée le plus possible pendant les 6 premières semaines. Certes, cela paraît long mais on peut par exemple, optimiser les moments d’allaitements en position couchée plutôt que assise. On retrouve
dans les traditions du Maghreb, de la Chine, du Vietnam, chez les Inuits etc, l’importance fondamentale du repos prolongé de l’accouchée. Elle ne s’occupe que de son bébé et les femmes de l’entourage s’occupent d’elle par des soins divers, nourriture particulière, manipulations, bains, enveloppements etc. Dans la mesure où notre civilisation de pays riche ne peut nous offrir ce repos, il est bon d’essayer de limiter les dégâts en étant simplement vigilante. Le yoga post-natal invitera la maman à,
progressivement restructurer l’ensemble du corps en faisant le choix d’être accompagnée
ou non par son nourrisson.

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises façon de faire. Toutes ces méthodes sont une invitation à mieux vivre sa grossesse et sa maternité. L’important est de faire de son mieux et de comprendre que toutes ces notions sont ancrés dans notre instinct de femme.

A propos de l'auteur